Warning! the content from this page is not translated, but if you want to get an idea of what Google Translate thinks of it, please choose a language.

Marie-Rachel Brulé
August 13, 2019
Curious Nature

A day to discover the religious heritage of Lotbinière

All along the coastline along Route 132, we find several small villages. At the heart of each of these parishes is an important cultural and historical heritage. This heritage allowed for the creation of a religious heritage circuit to help travelers discover how religion had an important place among Quebec families and Quebecers at the time, and that it was essential to the proper functioning of communities.

Dans le cadre de la  tournée promotionnelle visant à promouvoir le circuit du patrimoine religieux en Lotbinière, j’ai participé à la visite des 4 églises d’importance du littoral.

L’église de Saint-Antoine-de-Tilly

Érigée en 1788, c’est la doyenne, étant la plus vieille église du comté de Lotbinière, et également l’une des plus vieilles de toute la Chaudière-Appalaches. Elle est reconnue depuis 1963 comme bien patrimonial pour sa valeur architecturale et artistique. Le célèbre Thomas Baillargé a contribué à sa décoration et souhaitait lui donner une apparence de rigueur et d’ordonnance que j’ai remarquée être toujours présente aujourd’hui. À l’intérieur, j’ai retrouvé les célèbres tableaux Desjardins qui datent de la fin de la révolution française. Ce lieu sacré situé au cœur du village de Saint-Antoine-de-Tilly, est donc un incontournable pour les adeptes de tourisme religieux, mais également pour ceux qui aiment apprécier les beautés architecturales. La visite guidée que j’ai effectuée lors de mon passage fut très intéressante, car elle ma permise de mettre en contexte la vie religieuse du village à l’époque et ainsi en apprendre d’avantage sur les personnages importants qui ont marqué cette municipalité.

L’église de Sainte-Croix.

Plus récente que ses compagnes, j’ai trouvé  cette église  néanmoins tout aussi spéciale. Construite sans colonne ni piliers, elle est grandiose et partage plusieurs ressemblances avec l’architecture d’une cathédrale. Son style inspiré de l’éclectisme permet de bien reconnaitre la période durant laquelle elle a été construite par plusieurs éléments architecturaux tels que les fenêtres cintrées et les pierres aux teintes différentes. Une exposition sur  l’écrivain et bibliothécaire Pamphile-Le May  est présentement en cours à l’entrée du bâtiment, et une visite guidée de l’église est également disponible. J’ai aimé que l’on puisse répondre à mes différentes questions, car je découvre toujours des faits intéressants et insoupçonnés.

L’église de Lotbinière.

Bâtie en 1818, cette église se démarque par son authenticité mais aussi par son histoire. Son décor intérieur est néoclassique et a été conçu par nul autre que Thomas Baillargé. J’ai pu contempler la chair et le banc  qui ont été sculptés par l’artiste, et qui sont toujours présents aujourd’hui. Il faut également noter qu’un incendie a ravagé la sacristie en 1850, mais le reste de la construction est restée intacte. J’ai pu remarquer la démarcation encore visible sur le sol. On dit d’ailleurs que c’est par la protection de la Vierge Marie que le feu n’aurait pas été plus loin. De plus, lors d’un ouragan en 1913, les deux clochers principaux auraient été renversés par le vent. Toutes ces caractéristiques uniques rassemblées font alors de cette église, un monument bien unique et spécial que j’ai apprécié visiter.

L’église de Leclercville.

Construite en 1863, cette église ne peut pas passer inaperçue. Avec sa brique rouge flamboyante et son style néogothique, elle a fait tourner mon regard dès que je l’ai aperçue. Située tout près du fleuve, c’est dans un site enchanteur que ce monument prend place. À l’intérieur, j’ai découvert une petite église charmante et invitante où se retrouve encore le fauteuil original de Joseph-Napoléon Francoeur, ancien député du comté de 1919 à 1928. Par la suite, j’ai combiné ma visite avec l’exposition sur les familles souches de Leclercville située dans l’ancien presbytère juste à côté. Bien intéressante, cette reconstitution historique est représentée avec plusieurs objets et images de l’époque. Ce fut une façon différente d’élargir mes connaissances sur la région de Lotbinière et son histoire.

Passionné ou pas de monuments historiques marquants ou tout simplement de tourisme religieux, je crois que ce type de parcours s’adresse à toutes les  clientèles.  J’ai été étonnée d’apprendre autant d’informations pertinentes en si peu de temps. Que ce soit sur l’église en tant que telle ou bien sur les rôles importants qu’elle a joué à travers l’évolution de la population québécoise. Bien souvent on oublie que nous avons une richesse historique ici. Les gens, y compris moi-même, visitent différents monuments importants un peu partout dans le monde, ne sachant pas que nous en avons des uniques à découvrir ici aussi !

Comments (0)